Vous êtes ici

2 Novembre : scrutins et botanique

A moins d'avoir passé les deux derniers mois au fond d'une grotte, vous êtes probablement au courant que le 2 Novembre est le jour où les américains ont été appelés à se rendre aux urnes pour l'élection des "Midterms". Histoire de rentabiliser les urnes, c'est aussi aujourd'hui que les californiens étaient appelés à voter pour ou contre la Proposition 19, qui, en substance, légalise la culture et la prise de substances : hé oui, en Californie, la "pot war" est aussi juridique [note : "pot" est un terme d'argot pour désigner le cannabis, "weed" est aussi très utilisé]Je laisse les journalistes vous parler (avec beaucoup plus de talent que moi) des midterms pour me concentrer plutôt sur ce scrutin charnière pour la Californie;Contexte : La Californie est le plus gros état producteur de cannabis aux USA : l'économie associée à cette culture est estimé à 14 milliards de dollars par an. Cela place ce marché au rang de106e économie mondiale en terme de PIB, devant le Népal, Haiti ou encore la Macédoine et au coude à coude avec le PIB officiel de l'Afghanistan. Aux Etats-Unis, plus de 220 000 personnes sont incarcérées chaque année pour des délits tournant autour de la possession ou la consommation de cannabis. 1996 : gros changementDepuis 1996 et le passage de la Proposition 215 (appelée "Compassionate Use Act"), la cultivation et la possession de cannabis pour usage médical sont légales en Californie. Il est possible (et assez facile) d'obtenir le précieux sésame auprès de son médecin en invoquant des douleurs chroniques, par exemple. Le passage de cette proposition a provoqué bon nombre de grincements de dents à l'échelle fédérale : en effet, la culture et la possession de marijuana sont toujours interdites par la loi fédérale. Les Américains n'étant pas friands d'un trop grand pouvoir fédéral, cette double législation a provoqué des batailles législatives qui ont rapidement dérivé sur l'importance du contrôle que le gouvernement fédéral devait avoir sur les activités économiques personnelles (comme faire pousser son herbe). D'autres Etats ont suivi et ont mis en place leurs propres législations. Finalement, en 2009, la Cour Suprême a rendu un jugement en faveur de la capacité de chaque Etat à mettre en place ses propres régulations en matière de légalisation de l'usage médical du cannabis. En 2009 également, Oakland devenait la première ville à mettre en place un taxe sur le cannabis. Elle génère actuellement entre 300 000 et 1 million de dollars chaque année.Rien d'inhabituel iciAujourd'hui les dispensaires sont une vision courante à Los Angeles et il n'est pas rare de sentir cette petite odeur piquante, si caractéristique, même en se promenant à l'ombre des arbres dans les beaux quartiers. Tout le monde connaît un ami qui a une carte et les dealers se sont reconvertis dans le cristal depuis belle lurette. A noter que tous les comtés ne sont pas rentrés dans le rang sans broncher : San Diego et San Bernardino ont tout d'abord refusé de mettre en place le programme de distribution de cartes d'utilisateur médical. Ils y ont été forcés par la Cour Suprême de Californie par la suite.La proposition 19 : "Regulate, Control and Tax Act"Ce dernier point cité ci-dessus est important car il montre à quel point le système américain est décentralisé. Le gouvernement fédéral n'a qu'une faible emprise sur les législations que chaque Etat décide d'implémenter et la mise en place pratique de ces législations est souvent laissée à l'appréciation des comtés et des villes. C'est l'un des arguments qui ont été mis en avant par les opposants à la proposition 19 : celle-ci permettrait en effet à chacune des 478 villes et des 58 comtés de Californie de mettre en place ses propres règlementations en matière de cultivation et de possession de marijuana : un joli casse-tête en perspective. Du côté des pro-Prop19 les arguments sont ceux que l'on entend le plus souvent en faveur de la légalisation des drogues douces : rentrées d'argent pour l'Etat et baisse de la criminalité associée au trafic (la guerre des gangs qui se déroule actuellement au Mexique montre à quel point cela peut devenir sanglant).A noter que la proposition 19 a reçu peu de support auprès des médias et des personnalités politiques : le spectre de casse-têtes juridiques, de revenus de taxes engloutis par l'administration nécessaire à leur collecte et le retour des tensions avec l'Etat fédéral ont refroidi bien des ardeurs. Les producteurs fournissant actuellement les dispensaires médicaux n'étaient pas non plus pressés de voir les grandes corporations débouler sur leur terrain de jeu.ConclusionAssez logique au vu des débats : la Proposition 19 a été refusée à 56% lors du vote d'aujourd'hui. Ah, et pour les courageux qui ont lu jusqu'ici : il semblerait que Jerry Brown (démocrate) succède à notre Schwarzy national et que Barbara Boxer (démocrate) soit notre nouvelle sénatrice. Les démocrates souffrent au cours de cette élection, comme attendu : 57 sièges perdus à la chambre, 6 sénateurs et 9 gouverneurs.Plus d'information dans les jours (heures...) à venir.

Pays: 

Nouveaux membres

  • hberthier
  • vhuang
  • crambert
  • bbarron
  • asaadana

Theme by Danetsoft and Danang Probo Sayekti inspired by Maksimer