Vous êtes ici

Petit tour dans le Chiapas (Mexique)

Le Chiapas, région magnifique, montagneuse, luxuriante, parsemée de rivières et lacs turquoises, est l'une des grandes sources de richesse du Mexique avec ses importants gisements de pétrole et de gaz naturel, ses barrages ainsi que sa production de café, maïs, et son élevage.Cependant, c'est l'état le plus pauvre du Mexique. Principalement peuplé par des communautés indigènes disséminées dans la jungle, 80% d'entre elles n'ont ni eau potable, ni hôpitaux, ni électricité. Mais depuis 1994 le sous-commandant Marcos essaye de faire évoluer les choses avec sa bande de zapatistes.(Merci de ne pas comparer avec l'introduction sur le Chiapas du Routard, c'est tout pompé)Bref. Pendant les vacances d'été, je suis parti avec un pote faire un petit tour d'une semaine à travers cet état dont tout le monde me parlait, et voici le récit illustré:Etape n°1 : Puerto EscondidoBon Puerto Escondido n'est pas dans le Chiapas mais dans l'état de Oaxaca, mais comme on y a fait une étape...Puerto Escondido est une petite ville de pêcheur qui a su gardé son charme en évitant les grands hôtels type cages à gringos. C'est pourtant le 3ème meilleur spot mondial de surf. Mais en Juillet c'est surtout des familles mexicaines qui viennent profiter du soleil.Plage principale. Les familles s'y baignent, on mange dans les petits restos donnant directement sur la plage, et on fait un tour en bateau pour aller voir les dauphins ou les tortues de mer.Plage de Zicatela, où se déroule les compétitions de surf. C'est aussi là que se trouvent les bars un peu plus branchés quand ya du monde. Sinon c'est mort.On se loge pour pas cher si on n'est pas trop difficile (15 euros une
chambre pour 2), et on se lève aux aurores pour aller faire une partie
de pêche sportive.Et si on a du bolEtape n°2 : Chiapa de Corzo et le Cañon del SumideroChiapa de Corzo est un petit village charmant avec une magnifique fontaine du XVIième siècle sur son zocalo (la place principale).C'est aussi d'ici que partent les bateaux qui nous emmènent dans le canyon du Sumidero, symbole du Chiapas. On parcourt le canyon pendant 42km jusqu'au barrage, en observant sur le trajet les crocodiles et quelques jolies cascades, grottes ou formations rocheuses.Etape n°3 : San Cristóbal de las CasasVieille ville coloniale (fondée en 1528, rappel: conquête par Cortés des Aztèques : 1521) qui a su rester simple malgré le flot de touristes qui vient y faire une étape tous les ans. Très jolies vieilles demeures, et bon point de chute pendant sa visite du Chiapas.
Etape N°4 : Lagunas de MontebelloA 150 km de San Cristóbal, à la frontière avec le Guatemala, se trouve les magnifiques lacs de Montebello. Au milieu de la forêt plus d'une cinquantaine de petits lacs de couleurs différentes, allant du violet au vert émeraude. Bon par contre faut qu'il fasse beau, sinon ça sert à rien. Hélas, on a du faire ça en 2-2 faute de temps, mais on a quand même eut le temps de voir les 4 ou 5 principaux:Il est heureusement formellement interdit de les parcourir sur un engin à moteur, mais on peut louer des radeaux de rondins de bois ou s'y baigner.Le dernier lac de la série: le Lago Internacional, puisque comme son nom l'indique, fait parti de 2 pays. Une corde le traversant de part en part marque la frontière entre le Guatemala et le Mexique. Le lac est moche, mais bon on peut mettre un pied au Guatemala et acheter des Quetzals (monnaie du Guatemala) neufs pour 10x leur prix.Etape n°5 : Cascades del ChiflónDans le même coin, on remonte la rive d'une petite rivière avec des petites cascades jusqu'à arriver à LA big cascade:Bon c'est une cascade quoi.Etape n°6 : Ruines de TonináSur la route entre San Cristóbal et Palenque, près du bled très moche de Ococingo, en plein dans le coin où est planquée l'armée zapatistes, se trouvent les ruines de Toniná.La cité, ma préférée, est assez originale, puisqu'elle est construite à flanc de colline, genre Minath Tirith, et on la grimpe en la visitant niveau après niveau, jusqu'à arriver au sommet. On peut grimper tout tout tout en haut, sur la dernière brique (sur la photo ya probablement un blaireau là haut), et on a un paysage à 360° de folie. Le fait qu'on puisse grimper est probablement du au fait que le site est récent (enfin les fouilles et débroussaillage), et d'ailleurs encore en cours, donc personne ne s'est encore péter la figure, contrairement à Chichen Itza où il est interdit de grimper sur la pyramide à cause d'un gars qui a fait le saut de l'ange.Notons tout de même que les habitants de Toniná était plutôt agressif, attaquaient et dérouillaient tout le monde, et prenaient un certain plaisir à couper les têtes. Les vainqueurs des jeux de pelote étaient d'ailleurs sacrifiés aux dieux.Etape n°7 : Agua AzulToujours en direction de Palenque, sur la route qui serpente à travers la montagne, se trouvent trois sites pour faire trempette: Agua Clara, Agua Azul et Misol-Ha. Des tours proposent de faire les trois dans la journée.Le moins fun, c'est Misol-Ha. On y va surtout pour voir la jolie cascade. On peut se baigner si on veut, mais attention, l'eau est profonde, comme le signal un panneau en français:C'est joli, mais si on est pressé, on peut zapper. Agua Clara était fermé, je crois, je sais pas pourquoi. Par contre Agua Azul, mon ptit, c'est du gros. Imaginez une rivière que la roche rend d'un bleu turquoise couleur piscine, qui se présente sous la forme d'une suite de cascades, depuis assez haut (je suis pas allé voir tout tout tout en haut) où c'est assez sauvage, très tranquille puisque les gens de prennent pas la peine de monter, mais qui a sa rive un peu plus boueuse jusqu'en bas où les cascades font une succession de bassins plus ou moins profonds, où l'on peut plonger sans problèmes, et où on a pas peur de se faire entrainer par l'eau puisque c'est littéralement des bassins, avec une petite paroi rocheuse qui sert de barrière. Les familles mexicaines emmènent leurs gosses jouer à Tarzan (une corde permet de sauter dans l'eau), et des jolies allemandes s'y baignent en bikini. Et deux français se filment en sautant à poil dans l'eau en échappant à la vigilance des gardes (Violette, vidéos à vendre, 50€ chacune, notamment celle du beau gosse baraque qui fait de la muscu).Bref si vous passez dans le coin, à faire absolument (le routard précise qu'il faut éviter Aout et ses orages puisqu'ils rendent l'eau boueuse, et tout de suite c'est moins fun).Etape n°8 : Ruines de PalenquePalenque, c'est LES ruines ultra touristiques du Chiapas, où ya un gros paquet de monde. Mais le site est tellement grand que même avec plein de gens ça se fait bien. Tout n'est pas découvert, mais il y a un gros paquet de trucs à voir. C'est un des sites mayas les plus importants, de part sa taille et sa conservation.A voir, ya les pyramides principales et le palais avec sa tour d'observation (exemple unique d'architecture, enfin c'est la première fois que je voyais une tour), tellement dégagées que devant c'est une vraie pelouse de stade de foot. Mais le mieux à mon gout c'est d'emprunter les petits sentiers qui s'enfoncent dans la jungle et qui conduisent à de petits temples envahis par la nature. Pour info, les mayas du coin s'amusaient à entourer la tête des nouveaux nés avec des bandages afin de modifier la forme qu'elle prendra en grandissant. Ils obtiennent au final une tête ovale allongée vers l'arrière genre les aliens de Indy 4.Temple des Inscriptions.En 1949, les archéologues découvrent un escalier qui descend à l'intérieur de la pyramide. Après trois ans de travail pour le dégager, ils découvrent la crypte funéraire du grand roi Pacal (VIIème siècle) (tombeau de 13 tonnes, bijoux de jades, masque mortuaire inestimable...). Le tout est exposé au Musée National d'Antropologie à México, dont une reproduction grandeur nature de la crypte.Palais.Les édifices sont plutôt en miette, à part la tour qui a été rénovée, mais le dessous du palais est un véritable labyrinthe de tunnels souterrains.Pour ceux qui comptent faire un tour ici, niveau logement, le bon plan (indiqué dans le routard) c'est de louer un bungalow (200 pesos, soit 12€ pour deux) juste à l'entrée des ruines, dans le lieu dit El Panchán. Bon c'est douches et toilettes communes, mais vous aurez droit à un petit bungalow au milieu des arbres type jungle, c'est assez génial. Et de toute façon la ville n'offre aucun intérêt.Ruines de Yaxchilán et BonampakEt pour finir, petit tour au départ justement de nos bungalows (ils sont bien organisés ces mexicains, quand il s'agit de faire du fric) vers les ruines perdus au milieu de la jungle à la frontière avec le Guatemala.YaxchilánOn accède à ce site uniquement en pirogue à moteur. A gauche, c'est le Guatemala, à droite, le Mexique. La pirogue nous dépose, et nous attend. On a deux heures, top chrono, pour visiter les ruines. Dommage, parce que 2h c'est court, surtout quand on fait les cons et qu'on s'amuse à se perdre dans le labyrinthe plongé dans le noir.A l'arrivée au site en pirogue, on distingue vaguement à travers les arbres les ruines d'une petite pyramide. Une fois débarqué, on a le choix entre la grande place principale, avec les stèles, et un grand nombre de bâtiments dont il ne reste pas grand chose, ou alors choisir de suivre les petits sentiers qui serpentent dans la jungle jusqu'à nous conduire à des temples plus ou moins en état, plus ou moins dégagés. On cherche les singes dans les arbres au passage... Comme là il y a moins de monde, on en profite plus.A force de faire des sites archéologiques, on se lasse un peu. Néanmoins, à Yaxchilán y'avait un truc qui avait bien la classe:A partir de la place principale, un méga escalier qui monte jusqu'au joli batiment de la photo précédente:Autre truc sympa, le petit labyrinthe dans le noir, avec les chauves souris qui frôlent le crane, les marches qu'il faut deviner avec la petite lumière du portable... bref marrant!BonampakAu milieu de la forêt des indiens Lacandons, qui sont confinés dans leur réserve, le seul moyen d'atteindre les ruines est de s'y faire emmener par les Lacandons eux-même. Bon au final rien de très particulier, ils nous font monter dans une camionette, et on suit la route jusqu'aux ruines, c'est pas des indiens avec leur machette qui dégagent un passage à travers la jungle. Dommage lol.Les ruines en elles-même n'ont rien de particulier, c'est une sorte de mini Toniná (ie construit à flanc de colline):Le principal intérêt réside dans les peintures murales du Temple des peintures, "célèbres fresques murales qui ont apportés tant d'infos sur la vie des mayas", pour citer le Routard.Autre attraction : on y a croisé Lara Croft!!! :p

Pays: 

Commentaires

Portrait de Violette

paradisiaque!!! :)

Portrait de Thomas B

Le coup des crânes déformés est apparemment quelque chose de très répandu : je suis tombé dans un musée sur un crâne déformé de la même façon, provenant de Nouvelle-Bretagne, en Papouasie. Le résultat est assez saisissant, en effet.

Rahhhh tu me fais rêver... Je savais bien que j'aurais dû passer plus de temps dans le Chiapas !!

Portrait de Baptiste

et encore j'ai du tracer, j'ai fait tout ça en une semaine, il m'aurait fallu le double.
Quand est-ce que tu reviens faire un tour par ici?

Pages

Nouveaux membres

  • olemaanni
  • hberthier
  • vhuang
  • crambert
  • bbarron

Theme by Danetsoft and Danang Probo Sayekti inspired by Maksimer