Vous êtes ici

Santa Barbara

Suite des aventures de la semaine passée : nous partons cette fois pour Santa Barbara, une petite ville située sur la côte, au Nord-Ouest de Los Angeles. On s'y rend par une freeway passant au Nord des Santa Monica Mountains, qui rejoint par la suite le Camino Real, la route historique qui relie San Diego à San Francisco, en passant par toutes les missions espagnoles.Une carte de 1920, décrivant le tracé du Camino Real (qui évite déjà soigneusement Los Angeles, cité des païens!)On dit merci Wikipedia (j'ai suivi les conseils avisés que l'on m'a donnés et je ne prends plus de photos en conduisant)Le trajet de 90 miles prend un peu plus d'une heure et offre de jolis paysages de montagne et de côte. Le premier stop est assez logiquement la "Vieille Mission de Santa Barbara", surnommée "reine des missions". Mission espagnole10e des 21 missions fondées par les franciscains espagnols au XVIIIe siècle, elle a été inaugurée le 14 décembre 1786, jour de la Fête de Santa Barbara. Elle se composait à l'origine de 3 églises en adobe (torchis à base de terre et de paille) mais un violent tremblement de terre causa d'importants dommages en 1812. L'église actuelle a été bâtie en 1820 et le monastère attenant ne fut achevé qu'en 1870. Le cadre est sympaAu premier plan : cette gargouille en forme de "lion des montagnes" est la plus ancienne sculpture en pierre réalisée par les indiens ChumashL'ensemble a été rénové après le tremblement de terre de 1925 Les indiens Chumash, qui habitaient la région, étaient des chasseurs-pêcheurs et avaient de très bons contacts avec les moines franciscains, qui convertirent près de 5000 d'entre eux entre 1786 et 1846. A l'intérieur de la mission, un petit musée abrite une exposition sur la vie de ces indiens convertis, qui apprirent l'agriculture, l'élevage, le travail du bois et du métal, ou encore la musique et apportèrent leurs excellentes compétences en vannerie et en poterie.Santa Barbara est l'une des deux seules missions a avoir conservé son lavoirAprès 1848 et l'annexion de la Californie par les Etats-Unis, le travail des missionnaires s'arrête et le bâtiment est "recyclé" en école jusqu'en 1877. En 1896, il accueille un séminaire puis une école de théologie, qui perdurera jusqu'en 1986.Le cloitre abrite un jardin tranquilleLa nef de l'églisePorte extérieure du petit cimetière, attenant à l'égliseLe crâne et les ossements croisés sont souvent utilisés pour marquer l'entrée du cimetière (ici, la porte de l'église donnant sur ce dernier)Globalement, elle est un peu plus petite que la mission San Luis Rey de la Francia, située plus au sud mais probablement en meilleur état. A noter que San Luis est la seule autre mission à avoir conservé son réseau de canaux d'irrigation (bien qu'ils soient un peu plus ruinés).Santa BarbaraOn redescend dans la ville pour visiter la cour de justice, l'un des monuments majeurs du coin. Au passage, on découvre quelques bizarreries de la ville : Le système de parcmètre de la ville, super high-tech : à l'aide d'une espèce de clé située au bout de la ficelle à droite, on pousse un billet plié en 5 dans la fente numérotée correspondant à sa place. Comment l'heure d'arrivée est enregistrée reste un mystère...A Santa Barbara, si on vous propose de prendre l'air sur le balcon... refusez poliment.Certains endroits ont des allures de cité fortifiée Cour de justiceElle-mêmeL'entrée des artistesAvec ses allures de château-fort (ce qu'elle fut, à une époque), la cour de justice en impose et est toujours en activité. On déambule donc dans des couloirs où patientent des gens en costard, attendant patiemment au pied de panneau "Court in session". L'intérieur est magnifiquement décoré et les influences grecques, espagnoles et maures se mêlent subtilement.Plafond de la salle d'honneur, malheureusement un peu flouPrès d'une des entrésUne petite porte de serviceUn chouette escalierCage d'escalier, malheureusement un peu sombreOn monte dans la tour, d'où l'on a une vue splendide sur les jardins, l'ensemble de la ville, les montagnes et l'océan.Les Santa Barbara MountainsPresidioLe Presidio est situé un peu plus bas vers l'océan. Il s'agit des restes de l'ancien poste de garnison espagnol, fondé en 1782, et qui constituent donc le bâtiment le plus ancien de la ville. Il fut le dernier construit d'une série de 4 forts fondés entre 1769 et 1776 par les Espagnols alors qu'ils exploraient la (Haute) Californie. Construit en adobe sur des fondations de grès, il servait à défendre la mission et les colons et comprenait une imposante chapelle. Sa structure fermée, constituée de deux murs d'enceintes concentriques entourant une cour intérieure, fut largement endommagée par les tremblements de terre et laissée à l'abandon à partir de 1848, date à laquelle les américains prirent le contrôle de la Californie. Ces derniers dessinèrent le plan de la ville sans tenir compte de la structure du Presidio, qui fut donc sérieusement démolie pour tracer les rues voisines. Il ne reste aujourd'hui que la chapelle et quelques quartiers d'habitations pour les soldats mais ces vestiges sont très bien rénovés et entretenus. Par ailleurs, les fouilles archéologiques continuent, afin de déterrer le mur d'enceinte externe et d'autres vestiges.Le soleil se couche sur la chapelle du PresidioLa nuit tombe rapidement, aussi fait-on un petit tour sur la jetée en bois qui s'élance dans l'océan, avant de reprendre la route vers Los Angeles. Je reviendrai très certainement : le cadre est très chouette et le musée d'Art et les Jardins Botaniques de la ville sont apparemment des petites merveilles.

Pays: 

Nouveaux membres

  • hberthier
  • vhuang
  • crambert
  • bbarron
  • asaadana

Theme by Danetsoft and Danang Probo Sayekti inspired by Maksimer